Emerson Willis George - Le Dieu qui fume


Auteur : Emerson Willis George
Ouvrage : Le Dieu qui fume ou le voyage vers la Terre Creuse
Année : 1908

Lien de téléchargement : Emerson_Willis_George_-_Le_Dieu_qui_fume.zip

« Il est le Dieu qui demeure au centre, au noyau de la terre et il est à l'origine des religions de toute l'humanité. » – Platon. PREMIERE PARTIE: Avant-propos de l'auteur Je crains que l'apparente histoire incroyable que je suis sur le point de vous relater puisse être considérée comme le résultat d'un esprit superbement décousu, peut-être en vertu de l'enchantement que procure la révélation d'un mystère merveilleux, plutôt qu'en raison de l'authentique rapport des expériences hors normes révélées par un Olaf Jansen dont de la folie éloquente se serait s'imposée à mon imagination pour faire fuir de mon analyse toute pensée critique. Marco Polo se retournerait sans doute dans sa tombe à l'écoute de l'étrange histoire que je suis appelé à rapporter ici. Une histoire aussi étrange qu'un conte du "baron Munchausen" . Il est aussi bizarre que ce soit moi, un sceptique , qui ait seul le privilège d'écrire l'histoire d'Olaf Jansen, dont le nom est révélé maintenant pour la première fois au monde, et qui pourrait devenir après cette sortie de l' ombre, une vraie personnalité de la planète. Je dois librement avouer que ses déclarations n'admettent aucune analyse rationnelle, mais elles sont en rapport avec le profond mystère concernant le Pôle Nord gelé qui pendant des siècles a semblablement intéressé les savants et les hommes de loi. Cependant bien qu'il soient différents des manuscrits cosmogéographiques du passé, ces parfaits documents pourraient être compilés comme étant une narration de choses, que lui Olaf Jansen a effectivement vues de ses propres yeux. Plus d'une centaine de fois, je me suis interrogé sur le fait de savoir comment il est possible que la géographie du monde soit incomplète et que la sensationnelle narration de Olaf Jansen puisse être soutenue par des faits tangibles . Le lecteur pourra lui-même répondre à ces interrogations pour sa propre satisfaction, aussi loin que l'auteur de cette narration ait pu se forger lui même une conviction. Encore parfois même, je suis embarrassé pour savoir si j'ai été conduit hors d'une d'une vérité abstraite par la faute incontournable d'une subtile superstition ou bien si les faits acceptés jusqu'ici comme vrais, sont, après tout, inexacts. Il se pourrait que la vraie demeure d'Apollon n'était pas à Delphes, mais dans cet ancien centre du monde, au sujet duquel Platon a dit "la demeure réelle D'Apollon est parmi les Hyperboréens dans une Terre de vie éternelle où la mythologie nous révèle que deux colombes en provenance des deux les extrémités du monde volèrent pour se rencontrer dans cette magnifique région qui constitue la demeure d'Apollon . Selon Hécatée de Milet , Leto, de la Mère d'Apollon est née dans une île dans l'Océan arctique, loin au-delà du Vent du Nord." Ce n'est pas mon intention d 'aborder une discussion sur la théogonie des Dieux, ni sur la cosmogonie du monde. Ma simple préoccupation est d'éclairer le monde au sujet d'une ci-après partie inconnue de l'univers, comme elle a été aperçue par le vieux navigateur norvégien Olaf Jansen. Il y a un intérêt international pour la recherche ayant trait au Pôle Nord. Onze nations y sont engagés, ou ont participé à la périlleuse entreprise d'essayer de résoudre ce latent mystère cosmique de la Terre. Il est un dicton aussi vieux qu'une colline qui affirme :" La réalité dépasse la fiction" et de la manière la plus sensationnelle, ce postulat s'est présenté chez moi, il y a une quinzaine de jours. Il était deux heures du matin , quand je fus sorti d'un sommeil réparateur par le tintamarre de la sonnette de ma porte d'entrée. Ce perturbateur, trop matinal, correspondait , à un messager porteur d'une note à l'écriture presque illisible en provenance d'un marin Norvégien nommé Olaf Jansen. Après un long déchiffrage, j'ai découvert le message qui disait " je suis malade et sur le point de mourir venez vite". L'appel était impératif et je ne perdis pas de temps pour obtempérer. Peut-être puis-je bien expliquer ici qu'Olaf Jansen, cet homme qui venait de fêter son 95e anniversaire a vécu pendant les six dernières années de sa vie, seul dans un modeste bungalow, hors du chemin de Glendale à une courte distance du quartier des affaires de Los Angeles en Californie. Il y a au moins deux ans, alors que je me promenais un après-midi, je fus attiré par la maison d'Olaf Jansen et par son modeste voisinage, propriétaire et occupants, que je fus par la suite amené à connaître en tant que fervent de l'ancienne croyance aux dieux Odin et Thor . Il y avait un visage débordant de gentillesse et une aimable expression dans ses yeux gris perçant et vifs de cet homme qui avait vécu plus de 90 années et en outre le sens de la solitude qui força ma sympathie. Légèrement courbé et les mains jointes dans le dos, il marchait de ci de là avec le pas lent et mesuré, ce premier jour où nous nous sommes rencontrés. Je peux à peine dire quel motif particulier m'a poussé à faire une pause dans ma promenade et à engager la conversation avec lui. Il parût apprécier agréablement le fait que je vienne le complimenter sur le caractère attrayant, de son bungalow et sur les vignes et des fleurs bien soignées débordant à profusion par dessus ses fenêtres, toiture et large "piazza". J'ai bientôt découvert que ma nouvelle connaissance n'était pas une personne ordinaire, mais une personne profondément instruite jusqu'à un remarquable degrés, un homme qui dans les dernières années de sa longue de vie avaient plongé longtemps dans les livres et était devenu un puissant maître de la méditation silencieuse. Je l'ai encouragé à se confier à moi et aussitôt j'ai appris qu'il avait vécu seulement six ou sept années dans le sud de la Californie, mais qu'il passa 12 années antérieures dans un état du Middle Est. Avant cela il avait été un pêcheur de la côte norvégienne, dans la région des Îles Lofoden, d'où il effectuait des tournées, loin vers le nord jusqu'au Spitzberg et même jusqu'à la Terre de Franz Josef. Quand je me décidai à prendre congé, il me parut vouloir me retenir et me demanda de revenir. Cependant à ce moment précis et je n'y prêtai pas attention, mais je me souviens maintenant qu'il fit une remarque singulière alors que je lui tendais la main pour le départ: " Vous reviendrez ? " demanda-t-il. " Oui vous reviendrez un autre jour j'en suis certain et je vous montrerai ma bibliothèque et je vous raconterai beaucoup de choses auxquelles vous n'avez jamais rêvé, des choses si merveilleuses qu'il se pourrait que vous ne puissiez me croire ." Je lui assurai en souriant que non seulement, je reviendrai, mais que je suis prêt à croire tout ce qu'il pourra choisir de me révéler au sujet de ses voyages et de ses aventures. Dans les jours qui suivirent, et je devins bien familiarisé avec Olaf Jansen. Et petit à petit il me narra son histoire si merveilleuse qu'elle est un défit à la raison et à tout ce qu'il est possible de croire. Le vieux Scandinave s'exprimait toujours avec tant de conviction et de sincérité que ses étranges narrations me captivèrent. Puis cette nuit là, le messager sonna à ma porte et dans l'heure suivante même j'arrivai au bungalow d'Olaf Jansen. Il montra des signes d'impatience après cette longue attente bien que j'étais arrivé à son chevet immédiatement après ma convocation. "Je dois faire vite" proclama t-il alors qu'il me prenait la main en me saluant. "J'ai beaucoup à vous dire que vous ignorez et je n'ai confiance qu'en vous. Je réalise pleinement (dit-il à la hâte) que je ne passerai pas la nuit. Le temps est venu pour moi de rejoindre mes ancêtres dans le grand sommeil." Je remontai ses oreillers pour lui donner un meilleur confort et je lui assurai combien j'étais heureux d'être à son service de quelque manière que ce soit, car j'avais bien pris conscience de la gravité de la situation. L'heure tardive, le calme du cadre, l'inquiétant sentiment de se retrouver seul avec le mourant et sa stupéfiante histoire, tout cela réuni ensemble faisait que mon coeur battait vite et fort avec une impression indéfinissable. En vérité, à plusieurs reprises, cette nuit près du lit du norvégien, une sensation plutôt qu'une conviction s'empara de mon âme et je lui fis savoir que non seulement j'y croyais, mais qu'en réalité, je voyais bel et bien les terres étranges, le peuple insolite et le monde surprenant qu'il me narrait et aussi que j'entendais le puissant choeur d'orchestre formé de milliers de voix puissantes. Durant près de deux heures, il me sembla doté d'une force de presque surhumaine parlant précipitamment et apparemment avec toute sa raison. Finalement il me présenta certains documents, croquis, et cartes grossières. "Ceci" dit-il en conclusion , " Je vous le laisse en main, si je peux avoir votre promesse de le transmettre au monde, je mourrai et heureux, car je désire que les gens connaissent la vérité, concernant tous les mystères de la Terre glacée du Nord qui y sont révélés. Il n'y a aucune raison à ce que vous vous subissiez les mêmes souffrances que le sort m'a réservé. Ils ne vous mettront pas dans des fers, ni ne vous enfermeront pas non plus dans un asile de fous, car vous ne raconterez pas votre propre histoire, mais la mienne, et grâce aux dieux Odin et Thor, que je remercie, je demeurerai dans ma tombe, hors d'atteinte des incrédules, qui vaudraient me persécuter." Sans une pensée pour les hypothétiques résultats de la promesse engagée et prévoyant les nombreuses nuits d'insomnie qui m'attendaient, je lui ai donné mon soutien et avec lui mon engagement de satisfaire fidèlement ces dernières volontés. Comme le soleil se levait au-dessus des pics de Jacinto bien loin à l'Est, l'esprit de Olaf Jansen, le navigateur l'explorateur, et l'adorateur Odin et Thor, l'homme dont les expériences et les voyages qui vont être relatés, ne souffrent aucun parallèle dans l'histoire du monde entier, passa de vie à trépas, et je me retrouvai seul face à la mort. Et maintenant , après avoir sanctifié un dernier triste rituel à cet homme étrange, venant des iles "Lofoden" et des régions nordiques toujours plus reculées, le courageux explorateur des régions glacées qui dans ses années déclinantes (après avoir passé la 80éme) a recherché un havre de paix et de repos dans cette Californie ensoleillée, je vais alors entreprendre de rendre publique son histoire. ...

1857 reads

Books

You might also like

Jones Prudence - Pennick Nigel - A history of pagan Europe

Authors : Jones Prudence - Pennick Nigel Title : A history of pagan Europe Year : 1995 Link...

Continue reading

Patterson James - Filthy rich

Authors : Patterson James - Connolly John - Malloy Tim Title : Filthy rich A powerful Billionaire,...

Continue reading

Church John Merrick - B'Nai B'Rith

Author : Church John Merrick Title : B'Nai B'Rith Year : 1937 Link download :...

Continue reading



Donate


Balder Ex-Libris
Review of books rare and missing


Balder Ex-Libris