Demartial Georges - 1939 La Guerre de l'Imposture


Auteur : Demartial Georges
Ouvrage : 1939 La Guerre de l'Imposture
Année : 1941

Lien de téléchargement : Demartial_Georges_-_1939_La_Guerre_de_l_Imposture.zip

Prologue. Le 14 Février 1906, le journal anglais The Labour Leader, qui menait une admirable campagne contre les mensonges de la guerre d'alors, publia ces lignes du grand écrivain Galsworthy : « Si un ennemi élève la voix dans son pays contre les passions de la populace et les excitations à la haine, quel homme éclairé ! Le lendemain un tel fait la même chose chez nous : pendez-le. — Nous disons jusqu'au dernier homme et au dernier sou, voilà du patriotisme ! Le lendemain nous lisons que l'ennemi s'efforce d'utiliser les chiens et les chats : quelle truculente insanité ! — Un compatriote déguisé a obtenu des renseignements sur l'adversaire, voilà du vrai courage ! Le lendemain nous apprenons qu'un espion ennemi a été fusillé : le sale mouchard. » Voici quelques exemples de ce qu'a donné le système dans la guerre de 1939. En 1914 la France a fait la guerre à l'Allemagne pour détruire le traité de Francfort et reprendre l'Alsace-Lorraine « Ce sera notre devoir, le grand devoir de votre vie », enseignait aux écoliers M. Lavisse, grand pontife de l'Université. Aujourd'hui c'est l'Allemagne qui fait la guerre à la Pologne pour détruire le traité de Versailles et reprendre une ville allemande. Alors on en fait le crime des crimes. Un psychiatre, le Dr. Logre, médecin chef de l'infirmerie spéciale de la Préfecture de Police, découvre en elle « une forme agressive de l'arriération morale, une sorte de vocation systématique au mensonge, au vol, au pillage, à l'homicide, au massacre » (Paris-Soir du 10 Octobre 1939). Un autre psychiatre des plus réputés, le Dr. Toulouse, directeur lui aussi d'un asile d'aliénés, expose que si Hitler peut, « le fouet à la main, lancer le peuple allemand tantôt sur l'Autriche et la Tchécoslovaquie, tantôt sur la Pologne et le front occidental, c'est qu'il l'a rendu plus esclave que les esclaves de la Rome antique et du nouveau monde, que les femmes des harems orientaux » (L'OEuvre du 27 Novembre 1939). Dans leurs discours de guerre, Chamberlain et Daladier, chefs des démocraties anglaise et française, font un continuel étalage de leur force : Nous vaincrons parce que nous possédons les plus puissants empires du monde, parce que nous sommes maîtres des mers, parce que nous avons le plus d'hommes, le plus d'or, le plus d'armes, le plus de vivres, et le moyen d'en priver l'adversaire : le blocus. Cette supériorité ne leur est pas tombée du ciel. C'est par le fer et par le feu qu'ils l'ont acquise. Cependant, dans ces mêmes discours, ils ne cessent de dire qu'ils font la guerre à l'Allemagne parce qu'elle a eu recours à la force. C'est donc qu'ils considèrent l'emploi de la force comme légitime quand c'est eux qui s'en servent, et criminel quand c'est d'autres. Les deux Alliés reprochent à l'Allemagne de s'attaquer à de plus petits qu'elle. Ils en ont fait autant toute leur existence. Pour en faire honte à l'Allemagne, il faut qu'ils aient perdu eux-mêmes toute retenue. D'ailleurs si attaquer un Etat quand il est plus faible est une lâcheté, se mettre à plusieurs grands Etats contre un seul, même fort, en est une autre. Et cela aussi l'Angleterre l'a fait toute son existence. A moins qu'il ne s'agisse de guerres coloniales, où elle est assurée d'être la plus forte, elle fait bien rarement la guerre toute seule. De quelles coalitions n'a-t-elle pas été l'âme sur le continent ? Sans doute il est arrivé à la France et à l'Angleterre, comme à d'autres puissances, de prendre la défense d'un autre Etat. Mais c'est qu'elles y avaient intérêt. Un Etat n'est pas un Don Quichotte. Et la France et l'Angleterre se ridiculisent en prétendant en jouer le rôle. Le Livre Jaune publié par le gouvernement français sur les origines de la guerre de 1939 débute par une Préface. Cette préface, intitulée « Paroles d'honneur », consiste en une collection de textes d'où il résulte que le gouvernement allemand, en l'espèce le chancelier Hitler, aurait commis, du 11 Juillet 1936 au 26 Septembre 1938, une série de violations de sa parole. Il y manque une défense de l'accusé. Abstraction faite de ce détail, la première impression qu'on éprouve à cette lecture est « qu'on en a bien vu d'autres ». Notre propagande en tire cependant un de ses arguments les plus insidieux contre les « offensives de paix » de l'Allemagne : comment traiter avec un Etat qui n'a pas de parole ! Si on ne traitait qu'avec des Etats qui n'ont jamais manqué de parole, il n'y en aurait guère avec qui on pourrait traiter. « Les traités ne valent pas le papier sur lequel ils sont écrits..... Autant s'appuyer sur un roseau... Aucun n'a jamais valu deux sous... Ils finissent tous dans la corbeille. » Ainsi se sont exprimés d'éminents écrivains anglais : Morel, Norman Angell, Murray, Bernard Shaw. Toute l'histoire le prouve : un traité n'est sacré que pour l'Etat qui a intérêt à s'en prévaloir ; il n'est qu'un « chiffon de papier » dans le cas contraire. On ne prétend pas que c'est un bien ; on dit que c'est un fait. Deux exemples, entre bien d'autres, empruntés à l'Angleterre et à la France. Aux termes du traité d'Amiens, l'Angleterre devait évacuer l'île de Malte, d'où elle dominait la Méditerrannée. Elle s'y refusa. Le 13 Mars 1803, Bonaparte, alors Premier Consul, réunit le corps diplomatique. Se campant devant l'ambassadeur d'Angleterre, il s'écria : « Alors il n'y a plus qu'à voiler de noir tous les traités. » Cette violation par l'Angleterre du traité d'Amiens causa sa rupture, et, par voie de conséquence, les guerres qui allaient ensanglanter l'Europe pendant douze ans. Observons, pour être justes, que de son côté Bonaparte traitait de « bagatelle » le traité de Lunéville qui garantissait la République batave. Le 3 Juillet 1911, à propos de la violation de l'acte d'Algésiras, Jaurès écrivait dans l'Humanité : « La vérité est qu'en cette affaire marocaine il n'y a plus un traité qui tienne. Il n'y a plus un atome de bonne foi internationale, et le seul honneur qui nous reste en cette matière est celui d'avoir donné l'exemple et le signal de l'universel manquement à la probité politique. » Et le 25 Juillet 1914, dans son discours de Vaise, quatre jours avant d'être assassiné, il montrait que si la guerre européenne éclatait, le manquement à nos engagements au Maroc en serait une des causes indirectes. On peut y ajouter la violation, par les Alliés, des conditions de l'armistice qui mit fin à la guerre mondiale. Même observation en ce qui concerne la violation d'Etats neutres commise par l'Allemagne. Dans ses Principes du droit international (1910), l'Anglais Lawrence, professeur de droit des gens, enseigne : « Une extrême nécessité justifie la violation temporaire d'un territoire neutre. » Personne ne peut honnêtement contester que rompre l'impitoyable blocus anglais ait été pour l'Allemagne une extrême nécessité. Elle est certes plus excusable d'avoir occupé le Danemark en 1939 que l'Angleterre d'avoir, en 1807, détruit ou capturé inopinément sa flotte dans le port de Copenhague, causant dans la ville des milliers de victimes, pour la seule raison que Napoléon aurait pu l'utiliser. Les larmes versées sur des violations de neutralité ou de traités sont des larmes de crocodile. Dans une lettre ouverte au président des Etats-Unis sur la violation de la neutralité belge, Bernard Shaw reconnaissait dès le début de la guerre de 1914 que l'argument de nécessité ne pouvait pas être négligé : « Vous pouvez être assuré, même s'ils vous disent le contraire, que dans les mêmes circonstances aucun de nos hommes d'Etat n'aurait manqué de prendre la même liberté et de fourrager à pleines dents, dans leur corbeille, les « chiffons de papier » de notre Foreing Office. » Dédié au roi d'Angleterre qui, le 11 Avril 1940, adressait ses condoléances au roi de Norvège à l'occasion du « dernier crime de l'Allemagne ». Malheureusement, ce n'est jamais les Bernard Shaw qui commandent, mais les Churchill. Ces préliminaires constatations faites, examinons pourquoi et comment l'Angleterre et la France sont entrées en guerre. ...

1873 reads


You might also like

News

Updates are only available to donors. To make a donation please go to this page : Donate You will...

Continue reading

Mulley Clare - The women who flew for Hitler

Author : Mulley Clare Title : The women who flew for Hitler The true story of Hitler’s Valkyries...

Continue reading

Brasey Edouard - Enquête sur l'existence des fées et des esprits de la nature

Auteur : Brasey Edouard Ouvrage : Enquête sur l'existence des fées et des esprits de la nature...

Continue reading

Visotzky Burton L. - Aphrodite and the rabbis

Author : Visotzky Burton L. Title : Aphrodite and the rabbis How the jews adapted Roman culture to...

Continue reading

La Huitième croisade

Auteur : Officier d’état-major britannique Ouvrage : La Huitième croisade Libres révélations d’un...

Continue reading

Klassen Ben - Race et raison

Auteur : Klassen Ben (Bernhardt Klassen) Ouvrage : Race et raison n°309 Interview par Tom Metzger...

Continue reading

Kling Anne - FN tout ça pour ça

Auteur : Kling Anne Ouvrage : FN tout ça pour ça La très étonnante évolution du Front National...

Continue reading

Grimault Jacques - Le mystère Kheops

Auteur : Grimault Jacques Ouvrage : Le mystère Kheops Le plus étrange édifice du monde Année : 2017...

Continue reading

Bulwer-Lytton Edward - La Race future ou la race à venir

Auteur : Bulwer-Lytton Edward George Earle Ouvrage : La Race future ou la race à venir Année : 1871...

Continue reading




Balder Ex-Libris
Review of books rare and missing


Balder Ex-Libris