Steiner Rudolf - Mystique et esprit moderne


Auteur : Steiner Rudolf
Ouvrage : Mystique et esprit moderne Précédé d'une épistémologie de la pensée Goetheenne
Année : *

Lien de téléchargement : Steiner_Rudolf_-_Mystique_et_esprit_moderne.zip

Il faut approcher cet ouvrage avec impartialité et sans préjugés sinon on croira y découvrir de multiples contradictions. Voici peu de temps, j'ai achevé un livre sur la conception du monde au XIXe siècle, dédié au grand chercheur Ernest Haeckel, ce livre s'achève sur une sorte de justification de son système. Or, dans les pages qui suivent, je parle des mystiques tels que Maître Ekhart, et Angelus Silesius et suis en plein accord avec eux. Quant aux contradictions que les uns et les autres énumèrent, je n'en veux point parler. Je ne m'étonne plus d'être traité d'une part de ·mystique, et d'autre part, de matérialiste. Si je juge que le jésuite Mueller a résolu un difficile problème de chimie, et si j'affirme qu'en ce qui concerne cette œuvre je suis pleinement d'accord avec lui, on ne peut guère dire de ce fait que j'appartiens au Jésuitisme, sans que cette affirmation soit tenue pour insensée. Si :quelqu'un trace sa propre voie, il doit accepter d'être mal compris, et le supporter ; la plupart des malentendus le concernant lui semblent naturels, lorsqu'il se remémore l'état d'esprit de ses juges. Je me souviens, non sans en apprécier l'humour, de certaines "critiques" entendues au cours de ma vie d'écrivain : pour commencer, tout allait bien. J'écrivais sur Goethe, et me référais à lui. Ce que je disais, certains arrivaient à le classer dans leurs catégories intellectuelles. Ce faisant, on disait : "On peut considérer l'introduction de Rudolf Steiner aux œuvres scientifiques de Goethe comme le meilleur travail accompli jusqu'à ce jour sur ce sujet". Lorsque plus tard, je publiai un ouvrage personnel, j'étais semble-t-il déjà devenu bien plus sot. Un critique bien intentionné formula ce conseil : « II faut d'urgence conseiller à Steiner, avant qu'il ne continue et qu'il introduise sa « Philosophie de la Liberté » dans le monde, de travailler pour acquérir une compréhension profonde de ces deux philosophes (Hume et Kant) ». Malheureusement, le critique ne sait de Hume et de Kant que ce qu'il a cru y lire, et me conseille en somme, de ne pas dépasser la compréhension qu?il en a lui-même. Si je l'avais fait, il aurait été content de moi ! Lorsque ma «Philosophie de la Liberté » parut, je fus traité de débutant besogneux et ignare. Ce jugement faisait de 1noi quelqu'un qui devait savoir en écrivant ses livres, qu'il n'avait rien compris à un tas de choses. Ce philosophe m'informait avec insistance que j'aurais remarqué mes erreurs si j'avais poussé plus à fond l'étude de la psychologie, de la logique et de la théorie de la connaissance, et il désigna sur le champ les livres qui feraient de moi un érudit à son image : « Mill, Sigwart, Wundt, Riehl, Paulsen, et B. Erdmann ». Un autre conseil me divertit au plus haut point ; il émanait d'un monsieur si fier de sa façon de «comprendre» Kant qu'il ne pouvait absolument pas penser que quelqu'un d'autre puisse avoir lu Kant et le juger autrement que lui. Il m'indiqua donc immédiatement les chapitres de l’œuvre de Kant, dans l'étude desquels je devais me plonger afin de m'y forger une compréhension aussi profonde que la sienne. J'ai cité ici quelques jugements typiques sur mes idées. Bien qu'en somme, ils soient insignifiants, ils sont à mon avis symptomatiques de faits qui font aujourd'hui obstacle à celui qui traite les problèmes majeurs de la connaissance. Mais je poursuis ma route, indifférent à celui qui me donne le bon conseil de lite Kant, comme à cet autre qui rue déclare suspect parce que j'estime HaeckeL. J'ai donc écrit sur la mystique, sans prêter attention à ce qu'un matérialiste orthodoxe pourrait en dire. Toutefois, afin d'épargner des frais d'impression, je tiens à indiquer à ceux qui me conseilleraient de lire «L'Enigme du monde» de Haeckel, que ces derniers mois, j'ai fait environ une trentaine de conférences sur ce livre. Je crois avoir démontré dans l'ouvrage qui suit que l'on peut être fidèle adepte de la conception scientifique du monde, tout en recherchant les chemins de l'âme qu'indique une mystique bien comprise. J'irai même plus loin et j'ajouterai : seul celui qui reconnaît l'esprit dans le sens de la mystique véritable, peut acquérir une compréhension totale des phénomènes de la nature. Seulement il ne faut pas confondre la vraie mystique avec le « mysticisme » de cervelles confuses. J'ai montré dans ma « Philosophie de la Liberté » comment la mystique peut se tromper. Rudolf Steiner. ...

1529 reads


You might also like

Greene Liz - Saturn

Author : Greene Liz Title : Saturn A new look at an old devil Year : 1976 Link download :...

Continue reading

Engel Randy - The rite of sodomy

Author : Engel Randy Title : The rite of sodomy Homosexuality and the Roman Catholic Church Year :...

Continue reading

Why are jews leading the Alt-Right and White Nationalist movements ?

Author : Christians for truth Title : Why are jews leading the Alt-Right and White Nationalist...

Continue reading



Donate


Balder Ex-Libris
Review of books rare and missing


Balder Ex-Libris